Scrollez

Saveurs et tradition

À Dijon, le restaurant Le Pré aux Clercs vous invite à pénétrer dans un univers dédié aux saveurs authentiques et à la convivialité. Fidèle à l’esprit des brasseries Georges Blanc, la carte du restaurant Le Pré aux Clercs nous propose de remonter le temps et de nous arrêter au-dessus des fourneaux de nos grands-mères, nez ouvert, yeux fermés, papilles affolées par les anciens effluves retrouvés. Elle offre à redécouvrir les plats signatures d’une cuisine savoureuse, rassurante et chaleureuse.

Convivial ou intimiste

L’architecture du restaurant Le Pré aux Clercs permet de s’évader dans le joyeux brouhaha d’une brasserie ou de s’isoler entre amis dans l’un des salons privatifs. Si l’agencement de l’espace est moderne, la présence de pierres et de poutres apparentes offre l’image d’une tradition jalousement conservée. Les ouvertures sur l’extérieur et une scénographie des éclairages invitent généreusement la lumière à participer à la fête jour et nuit.


Sur la place depuis 1866

Devenue une véritable institution, ce haut lieu dijonnais de la restauration depuis 1863, n’a déménagé qu’une seule fois, en 1866, sur la place d’Armes devenue en 1944 celle de la Libération. Depuis plus de 150 ans, le restaurant Le Pré aux Clercs fait face au Palais des Ducs de Bourgogne, offre une vue imprenable sur la plus belle place de Dijon et perpétue une certaine idée des plaisirs de la table comme un art de vivre précieux.

Une résidence confidentielle

Nichées dans les étages d’un des plus beaux immeubles de la Place de la Libération, au cœur du centre-ville historique de Dijon, les 5 chambres du Pré aux Clercs offrent chacune un grand confort et un charme singulier.

Découvrez nos chambres

Nos actualités

18.10.2018

Le joli défilé des cucurbitacées

10.18.2018

Le joli défilé des cucurbitacées

Avoir été la star d’un conte de fée puis retombée dans l’oubli au douzième coup de minuit.  Ressuscitée mais déguisée pour les délires d’une fête qui honorent tous les saints et nos défunts. Enfin, la citrouille prend sa revanche, ou ses cousines plus précisément ! Butternut, potimarron et potiron en ont plus sous le pied que le carrosse de Cendrillon. On aime leurs couleurs qui rappellent celles de l’automne et on adore leurs chairs beurrées, au bon goût de noisettes et sucrées. Et en plus, elles sont très bonnes à la santé. Le chef du Pré aux Clercs les a déclinées à travers une entrée, un plat et un dessert pour mieux les laisser s’exprimer. Des créations gourmandes à retrouver toute la saison et sans modération! Entrée aérienne avec ce nuage de Butternut accompagné d’une compotée de châtaignes et pain d’épices… Plat craquant avec ce cabillaud en croûte de potiron rôti et ses navets braisés à l’orange. Dessert fondant avec une bûche au potimarron et chocolat et sa glace à la confiture de lait.
En savoir plus
10.10.2018

Laurent Gerra était au Pré aux Clercs !

10.10.2018

Laurent Gerra était au Pré aux Clercs !

Originaire de Mézériat, à 5 kilomètres de Vonnas, Laurent Gerra est un ami de longue date de Georges Blanc. A l’issue de son spectacle « Laurent Gerra sans modération » qu’il jouait hier soir au Zénith de Dijon, c’est tout naturellement que l’humoriste nous a fait le plaisir de venir diner ensuite au Pré aux Clercs. Une rencontre très sympathique !
En savoir plus
23.09.2018

Prémices automnales

09.23.2018

Prémices automnales

Dans les assiettes du Pré aux Clercs, l’automne pointe tout doucement le bout de son nez… Côté mer, la truite s’invite en Gravlax, tendre, fraîche et savoureuse. Le cabillaud est nacré et se déguste avec une sauce Sabayon façon « Choron ». Le Sébaste, cuit tout en douceur, s’accompagne d’oignons doux et d’un tout nouveau beurre au Crémant de Bourgogne. Enfin, les gambas « Black Tiger » snackées cette fois-ci au beurre de homard, ont troqué les saveurs estivales contre une émulsion relevée au goût subtil et envoûtant de la fève Tonka. Côté terre… Si l’authentique andouillette de fraise de veau se déguste à la bourguignonne sauce moutarde à l’ancienne de chez Fallot, et que le Châteaubriand de Bœuf se mange façon Rossini, agrémentée d’une tranche de foie gras, le carré d’agneau français lui, enveloppé dans sa croûte de chorizo ibérique, apporte une agréable touche espagnole. Avis aux végétariens ! La salade du Pré aux Clercs « mesclun, mimosa, petits croûtons, comté, noix » se déguste nature, sans jambon ni saumon. Le risotto nous parle de Carnaroli, le prince des riz italiens, et nous raconte ce qui se passe dans les sous-bois et la vichyssoise décline son potage Parmentier à la crème de Bresse. Les accompagnements laissent s’exprimer les légumes primeurs et donnent la parole aux pommes allumettes, au riz pilaf ou à l’écrasé de pommes de terre aux herbes. restaurant-le-pre-aux-clercs le-pre-aux-clercs
En savoir plus
31.07.2018

Joyeux anniversaire !!!

07.31.2018

Joyeux anniversaire !!!

Rappelez-vous… La naissance d’abord, le 27 juillet 2017, quand après plusieurs mois de travaux, venait la révélation, le moment de dévoiler ses nouveaux charmes au public, une once d’inquiétude dans le coin de la tête. Puis le plongeon non pas dans l’eau mais dans le feu du baptême. Il faisait chaud sur la place ce jour là. « Chaud devant ! » en salle et en cuisine ! Au fil des semaines, l’équipe prenait doucement ses marques pour vous offrir le meilleur d’elle-même. Une année s’est écoulée, dédiée à la gastronomie et au bon goût, toute occupée à laisser la trace d’un établissement riche à la fois de son passé et de sa nouvelle identité. Une année pleine de souvenirs gustatifs où l’empreinte de Georges Blanc se révélait à travers des saveurs rassurantes, tandis que de sa jeune griffe, notre chef Jean-Bruno Gosse, secondé d’une équipe éclectique, signait des menus signatures exquis et métissés. Puissiez-vous garder de cette première année, le souvenir agréable de bons repas partagés et d’une belle convivialité…
En savoir plus
06.07.2018

Les nouveautés sentent bon l’été !

07.06.2018

Les nouveautés sentent bon l’été !

Au niveau des entrées, on se coule dans la fraîcheur d’un gaspacho traditionnel relevé de pistou génois et de croutons aillés, on fond pour la mozzarella Burrata et on croque en sel à pleines dents dans l’artichaut Camus. Côté mer, le cabillaud a enfilé sa marinière d’aromates. Et, avec leur aubergine confite et curry rouge, les gambas restées pour se faire dorer, font grimper la température. Côté terre, le chef vous propose 180g de bonheur avec la pièce du boucher sublimée. Pour les amateurs de veau, on vous rejoue la symphonie aux petits oignons ou on reste carré en croûte d’herbes. La black Angus joue le chaud tandis que le tartare de bœuf joue le froid. Côté jardin, les légumes du soleil se marient dans un joli méli-mélo où le fenouil conte fleurette à l’aubergine, la tomate et la courgette. Pendant ce temps, les petits pois flirtent toujours avec les saveurs transalpines du lard colonnata et que la purée reste fidèle au beurre de Bresse… Avec ses fraises, ses arômes de vanille et de fruits exotiques, sa pavlova à la framboise, sa tarte au citron, ses glaces et sorbets, la carte des desserts est un bel hymne à l’été.
En savoir plus